"Une nouvelle approche des langues étrangères : l’apprentissage sur Internet", L’Expansion

L'ExpansionCe site Internet français, qui propose des cours particuliers de langues étrangères par webcam, recrute ses professeurs parmi les internautes, rémunérés pour leur savoir.

Entamer une discussion sur l’art du jardinage avec un londonien pure souche, corriger le français d’une lituanienne se préparant à passer un oral d’allemand, bref s’immerger dans une langue étrangère…sans bouger de chez soi, c’est le pari que propose Lingueo.

Le système, simple, a pour but de mettre en relation des étudiants souhaitant apprendre l’espagnol par exemple, ou bien approfondir ou pratiquer une langue avec des enseignants qu’ils auront choisis en fonction de leurs affinités. Le site dispose de sa propre interface.

Les conversations, en face à face, se déroulent via une webcam et un casque-micro dans une salle de cours virtuelle mise à disposition par Lingueo. Lancé à la fin du mois de novembre 2008, le site rassemble déjà 1 500 étudiants et quelques 500 enseignants.

Une nouvelle approche des langues étrangères

Lingueo se veut à la croisée de deux méthodes d’apprentissage des langues étrangères sur Internet. L’une, issue du monde physique, est proposée par les spécialistes de l’enseignement à distance. L’autre, gratuite, plus communautaire, repose sur les réseaux sociaux ou les sites d’échanges. Mais pour Guillaume Le Dieu de Ville, l’un des fondateurs de Lingueo, « ce modèle repose sur un système de troc et ces services se transforment bien souvent en sites de drague », sans garantie d’efficacité. Les paiements sont donc essentiels. « C’est même le gage d’une qualité de cours », souligne Arnaud Portanelli, co-fondateur de Lingueo.

Quelque 35 langues sont aujourd’hui proposées sur le site : les internautes choisissent le plus fréquemment d’apprendre l’italien et de se perfectionner en anglais. « Notre objectif est d’arriver à 50 langues cet été et une centaine pour la fin de l’année », ajoute Arnaud Portanelli. La jeune équipe met un point d’honneur à vouloir défendre les langues régionales : catalan, occitan mais aussi basque, breton, corse ainsi que la LSF, la langue des signes française.

Qui paie quoi ?

Le choix de l’enseignant se fait d’après sa fiche, sa note indiquée obligatoirement par l’étudiant en fin de séance et ses vidéos-cours, sortes de petits modules permettant de se faire une idée de la méthodologie suivie par son futur professeur. Ce dernier est également évalué par l’équipe de Lingueo. « La démarche doit être celle qui régit une place de marché et les tuteurs doivent comprendre qu’ils sont en concurrence », insiste Guillaume Le Dieu de Ville.

Un agenda permet d’accorder les disponibilités de chacun. A l’heure convenue, les deux personnes se retrouvent et le compteur peut s’enclencher. Le tarif minimum est de 10 euros de l’heure, mais les prix s’établissent en moyenne autour d’une douzaine d’euros. « Nous facturons une commission de 30% sur le montant perçu par le tuteur. Les cinq premières minutes de cours sont gratuites. La séance peut être arrêtée à tout moment, la somme prélevée étant alors calculée au pro-rata. Nous sommes les seuls sur le marché à proposer cela », assure Guillaume Le Dieu de Ville.

Ce modèle économique n’est pas gravé dans le marbre. Le site prévoit une évolution à la baisse de sa commission, et l’arrivée de la publicité mais « non intrusive, et sous forme de bandeaux contextuels gérés par notre propre régie, comme des voyages linguistiques, par exemple », précise Arnaud Portanelli.

Quelles sont les pistes de développement

Lingueo considère que sa démarche, qui favorise l’immersion des étudiants, vient en complément de l’enseignement académique. « La plupart de nos professeurs enseignent leur langue maternelle », tient à faire remarquer Guillaume Le Dieu de Ville. L’entreprise, qui cherche à se faire connaître des institutions publiques, vient de se voir décerner le « Label européen des langues » par Bruxelles en raison de son travail et de critères qui correspondent aux ambitions européennes dans le domaine de l’enseignement et de l’apprentissage des langues.

La déclinaison de ces services à destination des entreprises est également à l’étude : « Nous avons déjà été démarché en ce sens par plusieurs entreprises », déclare Guillaume Le Dieu de Ville. Déjà traduit en treize langues, le site entend dès la rentrée prochaine accentuer sa présence à l’international en s’y implantant physiquement : « Il faut que chaque utilisateur de Lingueo ait l’impression que le site est géré dans son propre pays », ajoute-t-il.

Source : Lexpansion.lexpress.fr

Publié dans Ils parlent de nous Tagués avec : , , , , , , ,
Merci de remplir correctement tous les champs

Support client

Découvrez Lingueo

Lingueo sur Facebook