Comment préparer son examen de LSF au baccalauréat ?

langue-des-signes-lingueoLa LSF au baccalauréat c’était il y a 4 ans déjà ! C’est en juin 2008 que la LSF, Langue des signes Française à été admise comme épreuve facultative au Bac général L, S et ES (CF publications paru au JO du 17 octobre 2007 – article 3 de l’arrêté du 15 septembre 1993 modifié).

La même année on comptait déjà 188 élèves à passer l’option de langue des signes. l’année suivante (2009) ils étaient 504. En 2010, il y avait plus de 700 élèves* à passer l’option de langue des signes au bac et cela soulevait déjà le problème de recrutement des enseignants, à la fois pour l’option et pour le jury du bac !

A cela s’ajoute les autres examens comme le brevet ou le BTS car en 2010 la LSF est devenue une option facultative pour le diplôme national du brevet. En 2011, la langue des signes était proposée au BTS. Malheureusement les élèves qui souhaitent passer ces examens manquent de profs !

LSF au baccalauréat OUI !!! Mais comment réviser ?

Les élèves qui souhaitent passer ces examens ne trouvent pas de formateurs ou de soutien pour réviser leur épreuve orale de LSF.

LSF au baccalauréat

Formation à la LSF Lingueo pour les Bacheliers

Pour répondre à cette nouvelle demande Lingueo propose désormais une offre de soutien scolaire aux étudiants qui prennent la langue des signes en option au baccalauréat à moins de 50€ par mois.

Un examinateur des ces épreuves est à la disposition des heureux élèves qui vont enfin pouvoir réviser tranquillement tout au long de l’année.

Ce prix comprend le suivi personnalisé de l’élève toutes les semaines, à raison de 30 minutes de pratique de langue des signes par semaine sous forme de cours particuliers.

Pour souscrire à cette formation cliquez sur : https://www.lingueo.fr/lsf-langue-des-signes-baccalaureat.html

Déroulement de l’épreuve de LSF au baccalauréat

Épreuve orale facultative.

  • Durée : 20 minutes.
  • Temps de préparation : 30 minutes.
  • Notée sur 20 points, en points entiers.

L’épreuve prend appui sur un document apporté par l’examinateur. Elle dure 20 minutes après un temps de préparation de 30 minutes (y compris le temps nécessaire à la connaissance des documents proposés au candidat).

Durant toute l’épreuve, l’examinateur et le candidat ne communiquent qu’en langue des signes, à l’exclusion de tout autre langage.
L’épreuve se déroule de la manière suivante :

Temps de préparation
L’examinateur propose au candidat deux documents :

  •   un document iconographique contemporain ;
  •   un texte contemporain, écrit en français, d’une longueur maximale de 2 000 signes typographiques.

Sur chaque document figure la mention “Ne rien écrire sur ce document. Le restituer à l’examinateur après l’épreuve.”
Au cours de la même journée d’interrogation, chaque examinateur veillera à proposer deux documents différents à chaque candidat.

Le candidat prend les documents qui lui sont présentés et commence sa préparation, durant laquelle, en particulier, il choisit sur lequel des deux portera son évaluation. Il s’ensuit que le temps utilisé pour découvrir les documents fait partie intégrante des trente minutes de préparation.

Présentation du document par le candidat
Notée sur dix points.
Le candidat informe l’examinateur du document qu’il a choisi. Il en fait ensuite une présentation, qui ne doit pas être un commentaire formel, pendant une durée maximale de cinq minutes. Le candidat n’est ni interrompu ni relancé par l’examinateur.

Entretien entre l’examinateur et le candidat
Noté sur dix points.

L’entretien qui suit la présentation est conduit par l’examinateur qui, prenant appui sur le document support et l’exposé du candidat, formule des questions pour, par exemple, permettre au candidat de préciser une analyse ou un point de vue ou de développer une idée. Le candidat, tout comme l’examinateur, peut étendre la discussion sur d’autres points sans lien direct avec le document.

L’entretien dure un minimum de quinze minutes. Si le candidat n’a pas épuisé la durée de cinq minutes qui pouvait être consacrée à la présentation du document, l’entretien est prolongé d’autant.

Critères d’évaluation de l’épreuve de LSF au BAC

On attend du candidat qu’il s’exprime clairement dans une gamme de langue suffisamment étendue pour pouvoir décrire, exprimer un point de vue, voire, développer une argumentation. Sont plus particulièrement retenus les critères d’appréciation ci-après.

a) Pour la présentation du document par le candidat :
– le candidat est capable de rendre compte du contenu du document qui lui est proposé ; il doit pouvoir le décrire, expliciter la situation ou le thème présenté, apporter un commentaire personnel s’il le juge approprié ou pertinent.
– le candidat fait la preuve de sa capacité à signer clairement, à un rythme naturel et à un niveau qui n’entrave pas la transmission de sa présentation.

b) Pour l’entretien entre l’examinateur et le candidat :
– le candidat comprend des signes familiers et fréquents portant sur des domaines familiers ou des questions d’actualité que l’examinateur utilise de manière naturelle.
– le candidat est capable de faire face à une situation de communication où il lui est demandé de bien recevoir un message ou une question afin de pouvoir réagir ou répondre en s’exprimant à son tour par des signes clairs et à un rythme convenable.
– le candidat fait la preuve d’une certaine aisance, il peut ainsi signer en continu pour exprimer ou défendre un point de vue, argumenter, voire apporter une contradiction.

Reportages vidéos de 2009, sur La LSF au baccalauréat :

Reportage en 2009 :


La langue des signes en épreuve du bac par leparisien

* source : Libération, l’option langue des signes manque de mains

Publié dans Actualité, Cours de langue des signes, Examen - Bac Tagués avec : , , ,

Laisser un commentaire

Merci de remplir correctement tous les champs

Support client

Découvrez Lingueo

Lingueo sur Facebook